• +228 91 81 95 58
  • info@esperanceloyola.org

Nous-connaître

Nous-connaître

Bâtiment du Centre Espérance Loyola

Notre histoire

Le Centre Espérance Loyola (C.E.L) est une œuvre humanitaire des jésuites de la Province de l’Afrique de l’Ouest (P.A.O) réalisé avec l’appui du Réseau Jésuite Africain contre le SIDA (AJAN). Il est une association qui possède la personnalité juridique et la capacité d’un programme holistique de lutte contre le VIH/Sida reconnue par le Conseil National de Lutte contre le Sida et les IST (C.N.L.S-IST Togo) sous Réf 942/SP/CNLS-IST/09. C’est une association de droit civil en conformité avec la loi N° 40-484  DU 1er juillet  1901 et enregistré sous le récépissé N° 1149/ MISD – DAPSC – DS du 16 septembre 2002 et paru au journal officiel de la République Togolaise N° 36 bis du 1er novembre 2002 à la page 14.

Localisée à Agoè-Nyivé (route de Mission-Tové à côté du 1er Camp BIR) 01 BP 380 Lomé 01 – TOGO, Tél. : 00228 23 36 26 46.  Site web : www.esperanceloyola.org.

Le centre a été inauguré le 30 mars 2007. Il a une durée illimitée et sous la Compagnie de Jésus au Togo (CO.JE.TO).

Le C.E.L a à cœur de prévenir et de promouvoir la santé de la population générale, en particulier les femmes et les enfants.  Il  veut réduire les souffrances des plus vulnérables à travers des services de qualité, efficaces, adaptés et juste en tout temps. Nos meilleurs pratiques et succès se mesurent au quotidien à travers l’amélioration des conditions de vies des populations avec les plus vulnérables. Sa population cible est donc la jeunesse et les familles d’Agoè-Nyivé et ses environs.

Les objectifs :

Objectif Général

Éduquer la population en général, les jeunes et les femmes en particulier pour une santé intégrale tenant compte de la dimension écologique.

Objectifs Spécifiques

  • Objectif 1: Mener des campagnes de prévention pour la promotion de la santé intégrale.
  • Objectif 2: Renforcer l’accès aux soins pour une prise en charge globale des bénéficiaires
  • Objectif 3 : Réduire le nombre d’enfant naissant avec le VIH par l’élimination de la transmission du VIH de la mère à l’enfant (PTME)
  • Objectif 4 : Assurer la prise en charge globale des orphelins et enfants vulnérables
  • Objectif 5 : Diminuer les violences basées sur le genre (VGB) en réduisant la vulnérabilité économique des femmes
  • Objectif 6 : Coordonner les activités et faire le plaidoyer de la santé pour tous.

Notre approche

  • Mission

Promouvoir la santé intégrale de la population par la prise en charge globale du VIH/SIDA, la coïnfection TB/VIH, la lutte contre la malaria, la promotion de la santé de la reproduction pour une parenté responsable ainsi que la prise en charge des maladies chroniques chez les indigents.

  • Vision

Un  peuple épanoui jouissant du bien être physique, mental, psychologique et social au niveau de toutes les couches de la société togolaise

  • But

A travers ses différents domaines d’interventions, le C.E.L vise à faire naître l’espérance en promouvant une approche globale de qualité, impliquant les populations elles-mêmes dans leurs efforts de combattre les effets néfastes des fléaux.

Quel est notre environnement ?

Le Togo, comme la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest, témoigne d’un grand potentiel d’accroissement démographique surtout caractérisé par une prépondérance de jeunes (60% des togolais ont moins de 25 ans), une croissance démographique élevée (2,6% par an) et une urbanisation rapide et peu contrôlée.[1] La situation générale du pays au plan économique reste encore fragile après les troubles socio-politiques au début des années 1990. Le contexte social est marqué par une progression de la pauvreté de la population togolaise; Une pauvreté essentiellement rurale avec une extrême vulnérabilité des individus.

Sur le plan santé,  l’analyse de la situation du secteur faite par le Comité des Partenaires en mai 2011, montre que la santé au Togo se caractérise entre autres par un accès limité des populations en soins de santé essentiels de qualité, un accès géographique et financier limités et surtout une qualité insuffisante des soins. Le taux des mortalités infantile (78‰), infanto-juvénile (123‰) et maternelle restent élevée à cause principalement du paludisme (25% des décès enregistrés chez les enfants de moins de 5 ans), les causes néonatales, la pneumonie et la diarrhée. Le choléra survient de façon récurrente chaque année dans le pays, surtout dans la capitale Lomé depuis 1998. Par ailleurs, le Togo présente une prévalence très forte du VIH/Sida comparée à la moyenne d’Afrique de l’Ouest (3,2% contre 1,3% en 2009) malgré les nombreuses campagnes de sensibilisation et d’éducation menées par le Gouvernement, la société civile et les partenaires au développement. La situation nutritionnelle des populations reste préoccupante surtout celle des enfants. Cette malnutrition est une cause sous-jacente de plus de 50% de la mortalité infanto-juvénile. 47 % des ménages togolais font face à des problèmes de sécurité alimentaire.

En matière d’approvisionnement en eau potable, même si le taux de desserte en eau potable a augmenté d’environ 24 % entre 2006 et 2010, seulement 39 % des ménages ruraux utilisent une source d’eau améliorée. Quant aux installations sanitaires améliorées, elles ont seulement progressé de 3,6 % avec 12% seulement de ménages disposant de latrines en milieu rural.[2]

Le Togo connait depuis fin 2007 une recrudescence des catastrophes, favorisées par les aléas naturels qui sont pour la plupart hydro-météorologiques (inondations, sécheresse, vents violents, l’érosion côtière, etc.) Cette situation difficile fait que l’atteinte des OMD reste incertaine.

A travers le plan stratégique 2019-2022, le C.E.L est résolu à apporter de manière plus efficace et durable, sa contribution à la résolution de ses problèmes auxquels font face les populations les plus vulnérables.

[1] DSRP complet,  2009-2013

[2] DSRP complet,  2009-2013